Ce moment où l'existence, loin de s'épaissir en se collant à d'autres, s'effrite en morceaux ne laissant sentir qu'une rachitique épaisseur d'être — l'épaisseur réelle d'une vie !

Publicités

L'histoire que je vais te raconter est simple. Elle est simple pour qu'à ta façon tu puisses la raconter en y ajoutant ce sel particulier qui fait que tu es qui tu es. Utilise alors ton imagination, ta sensibilité, pour l'orner de ce qui te semble essentiel pour la rendre proche de l'image que tu... Lire la suite →

L’âme d’antan

L'âme d'antan Crie férocement S'abat comme couperet Comme métal Chairs tranchées Comme bétail Encre en sang Gant et ustensile Sur épiderme Feuilles de poils Feuilles de spasmes Feuilles qui sues Y tranche toutes plumes Accrocs — frémit l'être Affermit le dessin Transperce l'épiderme Jusqu'à l'os De sa porosité jaillissent riffs — bulles de couleurs bleutées... Lire la suite →

L’amour

Pourquoi devrais-je attendre Que tes peurs à mon encontre s'estompe ? Mon cœur bat la chamade Mais tu le brise à cause de la forme de mon corps Celle-ci déchire ton amour pour celle que tu aimes en imagination. Tu as peur d'aller au-delà de toi, aimé ! L'amour est sans forme Combustible de voyage... Lire la suite →

La route du paradis mérite-t-elle nos convulsions ? La dernière délivrance est de se libérer de cette dernière Derrière nos peurs comme aigle vole le libertaire ¿Que es lo que quieres, amigo? barrière hors de la vie What do you love, friend? ¡vive libre! Allez cesse — danse survole tes terres aisance et sans fer... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑