En passant

incipit

Ce que nous sommes, c’est un bateau ; nous vivons en naviguant sur l’infinie mer de la réalité.

L’esprit, c’est le gouvernail : il donne sa direction à l’esquif ; mais il ne domine pas celui-ci car il se sert de lui : sans bateau, le gouvernail n’a aucune direction à donner à quoi que ce soit.

Comprendre / Vivre la réalité pleinement c’est éviter les milles dangers de la mer et toujours avancer avec le vent, jusqu’à la dissolution naturelle de l’esquif qui sera, à nouveau, de la mer !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s