Aphorismes estivaux

Il est vain de tenter de fuir la mort… elle rit toujours-déjà depuis l’endroit où nous pensions lui avoir échappée.

*

L’existence se rit de nos caprices. Vivre, c’est être sans cesse tenté de mourir. En se jetant dans la mort – l’inconnu – on découvre… la vie.

*

L’humain aime (l’amant de la sagesse dirait, par-dessus tout) penser — c’est pour cela même qu’il a autant de difficulté à penser ; tout grand amour se mérite et se paye par une certaine dose de mort adéquate pour igniter la puissance de la pensée.

*

Ne pas espérer que l’affect reste auprès de soi : laisser venir ou laisser partir : laisser.

*

Faut-il choisir, ou, se remémorer ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s