1. Dans l’ombre de la nature
    Se trouve l’être de l’ombre
    Autant d’état séparateur
    Entre l’être et le monde.
  2. Une fois de plus la seconde tombe
    Dans un abîme de plomb
    Que rien ne surplombe.
  3. Et ma rime devient une onde qui répercute chaque seconde.
  4. Dans le royaume, une chose règne
    Mais pas la norme car elle est morte
    De l’aléa se créée la chose que la nécessité impose
  5. Alors écoute l’oreille tendue au vent
    Le son est reçu par les sens
    Car l’être est bien en vie
  6. Mais peut-être ne l’as-tu pas en vue
    Peu importe car même quand le regard dévit
    Un regard est toujours de la vie
  7. L’œil touche, pèse, donc ressens
    Et l’image et le poids de l’objet devant soi.
    Le regard conditionne la chose que l’on touche avec les doigts.
    Car le regard n’est jamais que l’effet qu’on créé par la mémoire.