(fragment d’un poème inachevé)

Aussi profonde que puisse être ma haine
Mon amour m’attend toujours au plus haut.
Aussi puissant que soi mes doutes
Mes certitudes sont proches et itou.
Aussi désespérés que me semblent être mes situations
Toujours la promesse des lendemains chantant marche.

Si tant de douleurs habitent mon corps,
Si tant d’inespérances sont les haltes de mes pensées,
Si tant de larmes dans mon âme coulent,
C’est parce que j’existe, voilà tout.

—-

Aussi vide de la sensation d’être qu’on puisse se sentir
Arrive toujours l’épaisseur de vivre.
Aussi chaotique que l’on puisse se sentir
Arrive rarement l’éclair de l’unité.