Fragments d’autobiographie

 I Toutes ces femmes éthiopiennes m'ont émerveillé. Elles étaient toutes ouvertes, tout leur visage montrait la brillance de leur âme, d'une façon si fine, et si féminine – quelle beauté ! Ils exprimaient tant de choses, tant de richesses, et de noblesse ! Ces visages-là me donnèrent envie d’écrire, de crier ma joie, toute ma joie à... Lire la suite →

Publicités

fragment de vie perceptive

C'était une journée sans paysages, sans lieux - même défilant devant les yeux comme quand on regarder à travers la fenêtre d'un train. Une de ces journées dont on retient toute l'importance dans une unique boule d'impression, et qui, contre notre volonté, se représente à notre vue l'espace d'une microseconde au moment où on l'attend... Lire la suite →

en lisant Sollers… (freestyle)

Aussi loin que je me le représente J'ai toujours pensé que le Sage Réussissait à unir son Dieu et son démon. Mais nous, pauvres mortels, Sommes condamnés à quêter l'un Quand l'autre nous pend au nez. Quand l'un nous accable L'autre nous acclame Enfin quant un jouit l'autre meurt Et ceci, éternellement... Silence nocturne Vois... Lire la suite →

Le « saut de la foi »

Exister requiert à certains « moments clés » de faire des sauts dans l’inconnu. Il faut parier que l'on retombera sur un sol meuble : il faut parier dans l'instant de la propulsion, qui est l’« instant » de l’ouverture des possibilités au sein du temps, qui est la transformation du rapport que l’on entretient réellement avec le temps –... Lire la suite →

Constat pratique

Je ne sais rien de plus que cela. Je vis en baignant dans l'Infini des Intensités du Monde-pour-l'Humain — je vis baignant dans la Nature. Le problème c'est qu'Autrui a plus difficilement conscience de cela que moi... à moins que je me trompe, et qu'au moyen de l'idée que j'ai d'Autrui je ne cherche qu'à m'infliger... Lire la suite →

Ce moment où l'existence, loin de s'épaissir en se collant à d'autres, s'effrite en morceaux ne laissant sentir qu'une rachitique épaisseur d'être — l'épaisseur réelle d'une vie !

Il y a des instants où on vit comme en retrait des flux de la vie : devant soi on peut se projeter ses devenirs. Ça n’est pas le futur que l’on voit, mais les possibles, les promesses — que l’existence nous en fera vivre, que nous existerons —… Il n’existe aucune « route »... Lire la suite →

V-I-E

Vivre !                         j'aime la mort ¡ Vivir !                        je veux qu'elle me prenne Live!                           m'arrache à cette existence souvent... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑